A Head Full Of Dreams, le septième album de Coldplay, marque la fin de la première partie de carrière du groupe. Un disque qui se démarque de son prédécesseur mélancolique, Ghost Stories. Un album coloré et plein d’espoir, avec un message clair, la vie est belle.

Rangez les ailes et arborez la fleur de vie. A Head Full of Dreams se veut joyeux, à l’opposé de Ghost Stories, son prédécesseur, sorti il y a seulement un an. Le septième album de Coldplay est très dynamique, mêlant quelques touches de Coldplay ancien, mais aussi, et surtout, du travail du groupe lors de ces huit dernières années. Si vous vous attendiez à un retour au source avec du rock pur, passez votre chemin. Ceci est le premier défaut de cet album, il manque par moments de pureté, mériterait d’être nettoyé par moments. Au niveau des chœurs par exemple, très bonne idée et en prenant les chansons une par une, ils sont réussis. Mais sur l’ensemble de l’œuvre, ils sont trop présents. Pour les voix qui les composent, tous les enfants des quatre membres de Coldplay  sont passés dans les studios. Neuf au total, un album familial ? Pas loin, Chris Martin avait déclaré il y a bientôt un an que le groupe a mit « tout ce qu’ils ont » dans A Head Full Of Dreams. Le chanteur ne nous a pas menti.

Du côté production, A Head Full Of Dreams a été produit par le duo suédois Stargate et Rik Simpson, producteur historique du groupe. Pour ce septième opus, Coldplay s’est très bien entouré, puisque Noel Gallagher a participé à la création de l’album, principalement par la composition de la guitare de Up&Up. Barack Obama, le Président des États-Unis, est l’invité de cet album, prêtant sa voix sur Kaleidoscope. Le groupe s’est enfermé dans ces studios historiques,  The Bakery & The Beehive à Londres, au Air Studios dans la même ville, Henson Studios à Los Angeles et The Village & Woodshed. L’artwork de l’album a été réalisé par l’artiste argentine Pilar Zeta. La pochette représente la fleur de la vie entouré d’un décor coloré. Les personnages présents dessus représentent les membres de Coldplay pendant leur jeunesse.

Du mixage mais une guitare magique

Commençons par les mauvaises nouvelles. Cet album comporte trop de mixage et de sons superficiels. Pour finir sur les points noirs, la batterie électronique et les chœurs, deux bonnes idées, bien placées, mais trop présentes. Du côté des points positifs, A Head Full Of Dreams est dynamique, les chansons s’enchainent, pas forcément bien à chaque fois d’ailleurs. Mais nous ne nous ennuyons pas, et la trame musicale est réussie. Soulignons aussi les duos, de Beyonce et Tove Lo, un risque prit mais plutôt réussi. Pas de risque en revanche au niveau du piano, peu présent mais toujours avec succès. Mention spéciale pour Guy Berryman a la basse qui a haussé le niveau. Et énorme coup de cœur pour Jonny Buckland et sa guitare, certainement un de ses meilleurs albums. Les cordes de sa guitare transportent certaines chansons avec magie.

Et les chansons alors ?

Le groupe n’a jamais manqué une chanson d’introduction d’album. A Head Full Of Dreams, titre éponyme de l’album ne déroge pas à la règle. Un titre de pop-rock, qui fait penser à U2. On entre dans le vif du sujet d’entrée, batterie entraînante et habillage guitare-batterie appréciable et qui se conclue sur un joli piano. Le texte est positif, évoque l’espoir et le chemin vers le bonheur, avec « une tête pleine de rêve », bien entendu.
Vient ensuite Birds, sans transition musicale qui surprend l’oreille. Peut-être la tâche dans la tracklist. Cette chanson est dominée par un tempo de batterie, même si le rythme est entraînant, celui-ci est saccadé, tout comme la voix, qui manque de fluidité, une des marques de Coldplay. Heureusement, Jonny rattrape le titre à la guitare avec des riffs dans les aigus. La plume de Chris parle de liberté, utilisant l’allégorie de l’oiseau.
Des piaillements d’oiseaux justement, puis la voix de Beyonce, bienvenue dans Hymn For The Weekend. Et bonne surprise, cette chanson s’ouvre sur le piano de Chris. Mais ce titre est marqué par l’emprunte R’n’B de Beyonce, sur lequel on effleure la patte Coldplay, qui mériterait d’être plus marqué. Point positif, nous sommes loin de Princess Of China avec Rihanna. Chris Martin reste au centre du duo. Ici les paroles évoquent la vie, la comparant à une boisson et l’amour à une drogue. Chris se lâche mais avec réussite.
La quatrième piste réconciliera les fans du vieux Coldplay. Everglow est une balade très pure, comme savait le faire le groupe lors de ses jeunes années, une des perles de cet album. Le The Scientist des temps modernes est trouvé, une de ses chansons qui fait la renommée de Coldplay depuis plus de quinze ans. Une balade avec à son cœur le piano de Chris et sa voix, qui transporte toujours autant, sur un texte mélancolique.

Une guitare groovie, un titre venu tout droit de la culture indienne. Voici Adventure Of A Lifetime, le premier single de A Head Full Of Dreams. Titre marqué par une bonne batterie de Will Champion, qui habille bien cette chanson, et surtout la basse de Guy, une des meilleures sur l’album. Chris se veut toujours aussi positif, évoquant une femme qui a réussi à lui faire le cœur à nouveau.
Une guitare discrète ouvre Fun, un duo avec Tove Lo, voix qui s’habille à merveille avec celle de Chris Martin. Cette chanson marque aussi l’apparition de la guitare sèche, autour d’une batterie sur les refrains, choisie justement, sur un texte évoquant la recherche de la joie, malgré tout ce qui peut arriver.
Mr Obama bienvenue sur un disque de Coldplay. Kaleidoscope s’ouvre sur un piano à l’effet vintage, la sensation d’écouter un vinyle. La voix du président des États-Unis a été enregistré lors de son discours après les évènements de Charleston.
Il cède la place à Army Of One, où d’entrée Chris passe au vocodeur, dommage, encore un effet inutile, que l’on retrouve tout au long de la chanson. Dommage, car le corps de la chanson est propre, notamment au niveau de la basse. Après la dernière note, un morceau nous attire, un titre caché, X Marks The Spot. Une des déceptions de l’album, à cause principalement de sa batterie électronique. Cependant, la voix de Chris Martin, tombant dans les graves est bien trouvée. Note positive sur le piano qui dirige l’album vers une pépite.
Amazing Day, son titre dit tout. Certainement la meilleure chanson de A Head Full Of Dreams avec Everglow. Une guitare électrique a faire pleurer les plus sensibles, sur un texte évoquant une journée magnifique passée sur un toit dans les bras d’une femme. A écouter sans modération.
L’avant dernière chanson, Colour Spectrum, est un titre instrumental, comparable aux introductions de Mylo Xyloto comme M.M.I.X. Mais qui ne se lie pas avec la chanson de clôture.
Up&Up, « de plus en plus haut », rien d’autre à ajouter sur le texte, positivisme et espérance sont les maîtres mots, qui se termine sur « croyons en l’amour ». Niveau musical, un titre rythmé à la batterie électronique, réussie, avec la voix de Beyonce sur une chanson made in Coldplay, cela lui va bien. Que dire du solo de Jonny Buckland, composé par Noel Gallagher ? Tout simplement sublime, inoubliable. Coldplay sait finir ses albums.

2 thoughts on “A Head Full Of Dreams: la fin d’un chapitre

  1. Mallet Julie il y a 2 années

    Bon et bien, en gros je suis absolument pas d’accord avec vous. Et surtout sur Everglow et Amazing Day, qui, à part pour le choix des instruments, n’ont rien à voir avec un retour aux sources. Ces deux morceaux m’ont déçu énormément et pour moi ressemble à des morceaux variétoches à la francaise un peu. Je ne les déteste pas mais ce ne sont certainement pas les meilleure pour mois. J’ai adoré Ghost stories, et ça pour moi c’était l’album piqûre de rappel des débuts de Coldplay. Head full of dreams est juste magnifique, le duo avec Beyoncé même si très RnB dans le pattern, nous fait complètement voyager et rayonner et je penses que c’était le but! Magnifiquement bien reussi! Birds a un petit côté The Cure que j’ai trouvé déroutant mais très rafraîchissant au fil des écoute, Army of one… Très bon morceaux , et le vocoder…. J’arrive même pas à définir s’il y en a vraiment. Fun très sympathique, le texte est super… Up & Up le même effet que Hymn for the week end. Un effet « donne des ailes » un peu… Ils nous emmènent loin très loin avec cet album. Loin de nos vies monotones … Et ça fait du bien… Et up & up très beau message d’espoir pour l’humanité sur un super morceaux très bien arrangé et composé. Ron à dire. Je penses surtout qu’il faut arrêter de comparer les albums de Coldplay entre eux, et de leur définir un style . Heureusement qu’ild ont évolués depuis Rush of Blood to the head, même si cet album reste mon préféré absolu par exemple. .. C’est un peu comme leur concert, ils nous embarquent dans leurs pensees et états d’âme du moment, on a juste à se laisser porter et découvrir leur univers mais différemment à chaque fois… Et c’est ça qui est juste magique et intemporel avec eux… On est en connexion avec ce qu’ils ressentent et transmettent… Et pour moi ça c’est tout simplement le but même de l’existence de la musique . Et ils le font à la perfection et avec leur coeur !!! Merci à eux pour tout ce qu’ils me font ressentir et vivre depuis plus de 10 ans.

  2. Pingback: AHFOD: L’avis de l’équipe de ColdplayFrance - ColdplayFrance