Dans notre culture musicale, Coldplay tient bien sur une part importante. Mais, chez certains d’entre nous, un autre groupe est présent dans notre playlist, voire dans nos cœurs…

Une trajectoire sensible

Un certain nombre de coldplayers apprécient, voire sont fans d’un autre groupe britannique, et de rock. Beaucoup de coïncidences qui amènent à ce résultat… Il s’agit de Muse, composé de trois membres. Matthew Bellamy au chant et à la guitare, Christopher Wolstenholme (à vos souhaits) à la basse et Dominic Howard à la batterie. Leur carrière est sensiblement le parallèle de celle de Coldplay. Sept albums en date pour le trio, six pour le quatuor mené par Chris Martin. Mais le septième pointe le bout de son nez. Leur style est aussi comparable à Coldplay. Ces deux groupes émergent à la fin des années 90 du courant de la brit-pop, et sont influencés par Radiohead. D’ailleurs, que ce soit pour Parachutes de Coldplay ou Showbiz de Muse, ces deux albums, premiers de leur carrière, sont comparés au groupe de Thom Yorke. Les deux groupes sont tellement proches que Coldplay a même fait des premières parties de concert de Muse!!

Une complémentarité musicale

(Attention avis personnel à débattre sur le forum 😉 ) Cependant, malgré les similitudes apparentes, Coldplay et Muse ont pris des trajectoires différentes. La bande de Matt est orienté plus rock que celle de Chris Martin. Des titres comme Starlight ou Supermassive Black Hole en témoignent. Comparé à des chansons comme The Scientist ou Fix You pour quelques-unes des plus connues, la différence se fait sentir. Cette différence fait d’ailleurs la complémentarité de ces deux groupes. Et c’est une des raisons pour lesquelles (moi le premier) je suis fan de Coldplay et de Muse. Tantôt mélancolique, tantôt plus en « lâcher-prise », ces deux bandes nous permettent de respirer musicalement. Mais revenons à Muse…

Un (autre) retour aux sources

Leur dernier album, Drones, sorti en juin dernier, est d’ambiance très (très) rock, et un retour aux sources. Après leur opus expérimental, « The Second Law », Matt et ses acolytes sont revenus à du plus classique, mais n’oublient pas le travail réalisé trois ans auparavant. Guitare, basse, batterie. Un peu comme Coldplay sur Ghost Stories après l’aventure Mylo Xyloto. La trame de Drones tourne autour d’un personnage, qui se fait enrôler, puis contrôler afin de tuer sans aucun remors. Le tout avec ces fameux « Drones », engins qui permettent d’éliminer des cibles ou des personnes à des centaines de kilomètres de distance !! Pourtant, le protagoniste parvient à se libérer moralement et revient par la suite à son état normal. Muse a réussi sur cet album à mêler titres frôlant avec la hard rock comme Psycho, et d’autres plus mélancoliques, notamment sur la fin avec Aftermath ou Drones. Un mélange réussi. Un nouveau point commun, de véritables cousins.

2 thoughts on “Muse : nos cousins musicaux

  1. Pingback: Review Londres : Part 1 - ColdplayFrance

  2. Pingback: The Lunatiks: le nouveau Coldplay à la française ? - ColdplayFrance