Coldplay a partagé la scène avec tout le monde, de Beyoncé à Michael J.Fox en 2016, une année étonnante pour le groupe qui se voit maintenant couronné Artiste de L’Année selon Music Week. Pour nous, deux membres du groupe ; Chris Martin et Will Champion prennent le temps de revenir sur cette folie.

Par James Hanley, traduit par PJ Boy.

Même pour des standards aussi extrêmement élevés que ceux de Coldplay, 2016 a été un petit peu spécial. Le groupe a retourné le Superbowl, a été couronné Génies des Dieux, a reçu un nouveau Brit, rempli des stades dans le monde entier et conquis la Pyramid Stage de Glastonbury pour la 4ème fois, du jamais vu. Tout ça dans l’étroitesse de ces douze derniers mois. Dans un entretien exclusif pour Music Week, Chris Martin se bat pour mettre le doigt sur un point spécifique de cet amas de richesse : « On essaye tous de vivre le moment présent en sachant que chaque jour est un jour spécial », explique le chanteur. « Nous sommes juste heureux d’être vivants et c’est la philosophie avec laquelle nous essayons de nous approcher de toutes les choses. »
« Bien sûr, Glastonbury c’est un peu comme un retour à la maison pour nous, mais en vrai tous les concerts partout se sont fait sentir comme un retour à la maison parce que si vous dézoomez suffisamment, alors la Terre est notre maison -et c’est une autre de nos philosophies- que nous en faisons tous partie, et nous sommes une grande famille ». Effectivement, Coldplay a fait du monde entier leur maison en 2016, leur A Head Full Of Dreams Tour ayant visité 3 continents, avec à peu près le même programme prévu pour 2017.

Tout a commencé aux Etats-Unis en février dernier, avec leur performance en tête d’affiche au 50ème Superbowl au Levi’s Stadium de Santa Clara, en Californie. Le quatuor -Martin, le guitariste Jonny Buckland, le bassiste Guy Berryman et le batteur Will Champion- ont joué une setlist de 7 titres pour le traditionnel spectacle somptueux de la mi-temps, et ont été rejoints par Beyoncé, Bruno Mars et Mark Ronson à différents moments de leur concert. «C’est génial que beaucoup de grandes choses qui ne soient arrivées ont toutes eu lieu cette année » dit Champion, « Le Superbowl par exemple. C’était il y a bientôt 12 mois, mais c’est comme si ça avait eu lieu il y a une éternité ! ».
Champion décrit leur expérience au Superbowl, qui les a vu jouer devant 71.008 fans dans le stade et une audience de 115,5 millions de personnes à la TV -la 3ème émission la plus regardée au États-Unis-comme « une folie ». « C’était une chance incroyable de faire quelque chose à une si grande échelle. » note t-il. « Ça a demandé une énorme préparation et le planning de répétitions était vigoureux ». « Evidemment qu’il a beaucoup de choses à prendre en considération dans un show TV de cette taille, et beaucoup de gens qui ont besoin d’être écoutés et de partager leur message : la ligue, les diffuseurs, les producteurs du show et les annonceurs, tout le monde avait l’air d’avoir quelque chose à dire à propos de tout ça ». « Après 6 mois de préparation et de tracas à propos de la sélection des chansons, de la scène des angles pour chaque caméra et plein d’autres choses, pour les 12 minutes que nous avons passé sur scène, c’était fantastique. C’était génial de faire partie de cette atmosphère. Nous étions vraiment heureux de ce que ça a donné ».

Février a vu le groupe remporter son 8ème Brit Awards après avoir gagné celui de Meilleur Groupe Britannique pour la 4ème fois. Une semaine plus tôt, il recevait le prix de Génies des Dieux des mains de Kylie Minogue aux NME Awards 2016, qui ont eu lieu à l’O2 Academy Brixton. « NME était notre bible quand on a commencé en tant que groupe ados à 18/19 ans et on désespérait de se faire mentionner dedans. » sourit Champion. « On a commencé à grimper dans les pages du NME et c’est comme ça qu’on s’est rendus compte de comment on évoluait. ». « Aller dans des cérémonies était juste terrifiant. C’était angoissant, mais tout allait mieux quand on commençait à jouer, mais je me sentais comme en train de rajeunir dans ces situations. Je ne les ai jamais trouvées particulièrement faciles parce qu’il y a toujours des groupes bien plus cools que nous sur les autres cases, mais c’était cool. C’était bien de pouvoir dire merci au NME, ils ont été très sympa de nous donner ce prix et c’est toujours bon de se souvenir que ça t’a aidé quand tu venais de commencer ». Champion balaye ensuite l’incident le plus controversé de cette soirée, celui quand le leader de Bring Me The Horizon Oli Sykes a détruit la table de Coldplay pendant un live. « Je n’étais pas là à ce moment précis. J’étais derrière dans les vestiaires pour me préparer pour le concert, donc j’ai raté le raffut » ricane t-il. « Mais c’est juste de l’amusement et des jeux ».

Le A Head Full Of Dreams World Tour de Coldplay a démarré en Amérique du Sud en Mars et est allé visiter l’Europe et l’Amérique du Nord, faisant un bref arrêt en Inde avant d’atterrir en Nouvelle-Zélande et en Australie plus tôt ce mois-ci avant un concert pour le Réveillon du Nouvel An à Abu Dhabi. La tournée a fait des recettes de 137,2 millions de dollars en 29 concerts sur la 1ère partie de 2016. « Je ne connais aucun chiffre », avoue Martin. « Une des choses que nous avons essayé de faire ces dernières années est de ne regarder aucune statistique dont je ne sais pas de quoi vous parlez, alors que je vois beaucoup de visages amicaux et que c’est génial ». « Nous avons de la chance, et certains le diraient, à l’âge où quelques personnes voudraient tout casser et construire des clôtures et des murs. Nous nous sentons privilégiés de pouvoir voyager de pays en pays et de voir à quel point certaines personnes sont connectées, de voir des gens chanter les mêmes chansons tous de la même manière, et réagir de la même façon à des feux d’artifice, des bracelets et des choses qui s’allument. Qu’est-ce que ça nous fait ressentir ? Ça fait que je me sens optimiste et plein d’espoir ».

Le groupe a atterri en Juin pour jouer le leg britannique de la tournée, jouant dans des stades à Manchester et à Glasgow, et quatre soirs au Wembley Stadium avant de clôturer Glastonbury le 26 Juin. En tant que tête d’affiche sur la Pyramid Stage pour une 4ème fois, un record, Coldplay a amené un des moments les plus déterminants du festival entier avec un hommage parfaitement jugé à Viola Beach. Coldplay a repris Boys That Sing accompagné par une vidéo du groupe de Warrigton, dont les membres ont trouvé la mort dans un accident de voiture remontant à Février. « Je me rappelle avoir vu Viola Beach sur BBC Introducing, et quand on a appris leur terrible accident nous n’avons pas pu faire autre chose que de penser que nous étions vraiment tous chanceux. » raconte Champion. « Nous avons pensé que ça serait un bon moyen de leur donner une chance de manière posthume qu’ils auraient pu peut-être avoir si leur accident n’avait pas eu lieu». « Nous avons pris contact avec leur famille et demandé s’ils étaient d’accord pour que nous fassions cet hommage, et ils étaient vraiment touchés et heureux de répondre oui. Nous voulions vraiment que Viola Beach ait une présence physique forte sur scène, et donc nous avons décidé que plutôt que de reprendre simplement la chanson, nous voulions essayer et apprendre comment jouer avec eux sur la session studio qu’ils ont fait pour la BBC. Nous avons passé un bon bout de temps à répéter et simplement à réussir à les suivre- parce qu’ils étaient un très bon groupe. Le but était qu’ils soient au centre de la scène et nous leurs musiciens le temps d’une chanson ».

Coldplay a créé un autre « Moment Glastonbury » à travers leur duo avec Barry Gibb sur To Love Somebody et Stayin’Alive. « Il a été extrêmement professionnel et un homme si gentil à accompagner -et il a magnifiquement chanté. », dit Champion avec un sourire radieux. « Encore une fois, nous avons passé un long moment à répéter Stayin’Alive car tout le monde la connait. C’est un morceau si excitant et nous voulions être sûr de bien lui rendre justice ». « Gibb est quelqu’un qui a eu un impact massif sur la musique, qui a vécu de terribles tragédies dans sa vie et nous voulions simplement le supporter, lui faire sentir qu’il était membre d’un groupe à nouveau ». L’acteur de Retour Vers Le Futur Michael J.Fox a également rejoint le groupe sur scène au Metlife Stadium dans le New Jersey en Juillet pour jouer de la guitare sur deux morceaux du légendaire film, The Penguins’Earth Angel et le Johnny B.Goode de Chuck Berris, répondant à une requête du fils de Martin, Moses. « C’était un feu d’artifice personnel pour moi. » sourit Martin. « C’était un de mes moments préférés ».

Avec des ventes approchant du million d’exemplaires vendus en Angleterre pour A Head Full Of Dreams, Coldplay n’est pas dans le business de la défense de leurs anciennes productions. Même si Champion l’admet : « Je pense qu’il y a un nombre équitable de personne qui ne veulent écouter que les vieilles chansons, ce qui est génial. Mais la différence est peut-être qu’il y a maintenant un lot entier de nouveaux fans qui n’étaient même pas nés quand nous avons commencé et qui n’ont donc écouté que le dernier album ». « La manière dont je vois tout ça, c’est qu’en gardant notre intérêt pour toutes les musiques nous avons réussi à rester pertinents pour des gens qui maintenant commencent à écouter de la musique et à faire leurs propres choix musicaux. C’est un peu terrifiant de se dire que nous sommes dans l’âge où certains de nos fans n’étaient mêmes pas nés quand nous avons sorti notre 1er album ».

L’année prochaine promet à peu près la même chose. Le groupe sortira un nouvel EP, Kaleidoscope, et un autre tour du monde pour le second leg de la tournée. « Nous sommes fixés sur l’idée de rendre cette tournée magnifique et de rester convenables, en bonne santé et heureux sur la route. C’est notre cible, et après tout ça on verra. » ajoute Champion. Martin, pendant ce temps, se déclare « extrêmement reconnaissant et honoré » face au prix d’Artiste de l’Année remis à Coldplay, ajoutant : « Les personnes pour lesquelles je suis le plus heureux sont Dave Holmes et Phil Harvey, nos managers, et Craig Finley, le manager de production, parce qu’ils ont trimé et que je trouve qu’une telle récompense est une bonne chose à obtenir pour eux, ce qui nous permettra ainsi de leur rappeler à quel point ils sont spéciaux ». « Maintenant, notre liste de choses à faire ne contient que d’essayer de rendre service aux gens qui voudraient que nous venions jouer pour eux. C’est super d’être nommé Artiste de l’Année, mais j’aime tellement d’artistes et je ne pense pas que ça soit une compétition. Il n’y a pas de liste de choses à faire quand ça concerne la réalisation d’une chose. Nous sommes conscients de la chance que nous avons d’être là où nous sommes et nous aimons tellement ce que nous faisons en ce moment». « Ma liste de choses à faire est de continuer de chanter quand les gens veulent que ça arrive- et essayer de ne pas ennuyer les gens qui ne veulent pas que je chante. Juste pour savoir dans quel endroit chanter et dans quel endroit rester calme ». Maintenant vous avez tout : 2016 n’a pas été si nulle finalement  -en tous cas pas pour le plus grand groupe du monde.